Si Dan Brown le fait avec ses romans, pourquoi ne pourrais-je pas le faire avec mes critiques? Alors, prenez le billet « Les Héritiers du Code Da Vinci » et ajoutez-y les modifications suivantes : mais non, je blague!

Bref, comme promis, je me suis attaqué à la lecture de « The Templar Legacy » (« L'Héritage des Templiers »), de Steve Berry. On y retrouve encore une fois (en fait, pour la première fois!) Cotton Malone, fraîchement retraité du ministère de la justice. Lorsque son ancienne patronne vient lui rendre visite à Copenhague, uen série d'événements vont le mener (ainsi que ladite ex-patronne) sur la piste du « Grand Secret » des Templiers. Le hic, c'est que le nouveau Grand Maître des Templiers (qui existent toujours, semble-t-il) en a aussi après ce secret.

Bref, encore une fois, une course-poursuite afin de découvrir un secret perdu depuis des centaines d'années. Cette fois-ci, il s'agirait des preuves de la mortalité de Jésus, et de l'absence de résurrection de ce dernier. Bref, il serait bel et bien « mort et enterré ».

Étrangement, j'ai trouvé ce roman meilleur que le suivant (« The Alexandria Link »), et les faiblesses que j'y avais trouvé semblaient absentes dans le cas qui nous occupe. Encore une fois, à défaut de faire de la grande littérature, c'est un bon roman d'aventure à lire en toute saison.

J'ajouterai un dernier point (positif) : à la fin du roman (et du suivant également), Berry nous indique clairement ce qui est tiré du réel, et ce qui n'est que fiction, en plus de nous indiquer ses sources documentaires les plus importantes. Une belle preuve de professionnalisme qui n'aurait peut-être pas fait de tort à M. Brown...

Bref, un 3 signets sur 5 comme lecture